PROMETHEUS

Episode 1 : DES GUERRIERS


(De la pomme de la discorde à la chute de Troie)
 

Du théâtre-récit poétique et accessible, qui invite les grands héros de la guerre de Troie et les dieux de l’Olympe à se faire entendre à nouveau, et qui en propose de savoureuses variantes ! Du théâtre pour rêver notre mythologie !

Mythologie…
De "muthos" qui signifie « parole non rationnelle », puis « discours », puis « fiction » ; passé dans le bas latin : "mythos" qui signifie "fable, mythe"
Ce mot signifie donc "récit fabuleux". Un récit fabuleux qui met en scène des êtres incarnant, symboliquement, des forces de la nature, des aspects de la condition humaine. On dit aussi que c’est une pure construction de l'esprit, une chose rare, ou si rarement rencontrée, qu'on pourrait supposer qu'elle n'existe pas…

Si l’on frappe encore à la porte des Grecs, c’est que les mythes détiennent un pouvoir de questionnement inégalable.

Les « personnages » échappent souvent au vraisemblable, au raisonnable. Mais leur récit atteint une concision et une incroyable puissance tragique. Ils nous fédèrent. Un récit mythique nous raconte d'où l'on vient : comment s’est fondé le groupe, un rituel, un interdit, une identité. Il nous fait nous interroger sur la notion même d’humanité et d’animalité, sur notre condition humaine.
C’est ce qui fait leur étonnante modernité. Et c'est beau.

Avec Aristote,  le poète est un « fabricant », un « fabricant d’histoires »: il fabrique une tragédie à partir de matériaux pris à un mythe. Les sources sont fragmentaires, et même un récit suivi, comme celui des aventures de la guerre de Troie,  appelle des variantes. On reconfigure les matériaux, en les agençant autrement. Ca permet donc aussi la réécriture.

 

«Le monde naît, Homère chante. C'est l'oiseau de cette aurore»
Victor Hugo

Homère a traversé les siècles, il est le premier de ces poètes qui ont enchanté notre vie si quotidienne. Il chante l'Iliade, tout précisément la fin du siège de Troie : de la colère d'Achille à la mort d'Hector.

Nous avons voulu prendre l’histoire un peu plus tôt…Aussi nous commencerons notre récit à l’origine de la guerre de Troie : la pomme de discorde. Et nous finirons  notre épisode à la chute de la ville. Car il faut bien finir. En tout cas, pour un temps…

Ce récit, c’est force batailles, combats, affrontements d'orateurs et de combattants qui sont magnifiés par une épopée. On y parle de salut, de gloire, actes, courage, trahison, passion, orgueil. Nul n’est besoin de connaitre l’histoire, il suffit d’écouter. Car cette histoire, elle est faite pour être racontée.

Il faut bien que résident encore, au fond de nous, quelques brins d'ADN grecs actifs. Nos vraies racines sont là. Nous devons toujours quelque chose à nos ancêtres, nous conservons toujours quelque chose d'eux. Autant le savoir.

Sur la même racine : mythomane, personne qui a tendance à affabuler.


Mise en Scène : Juliette Delfau

Collaboration artistique : Annie Perrier

Jeu: Jérémie Chaplain, Ingrid Lebrasseur

Scénographie: Blanche Nzuro

Son: Nicole Ciappara

Avec le soutien de Quai de Scène, du Conseil général de la Drôme, et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes